Jack Widow et Apolo Jack de retour le 1er mai

Apolo Jack & Jack Widow de retour le 1er mai

Après deux ans d’absence, les génétiques phares de Queen Seeds sont de retour. Très bientôt, les fans de la Jack Widow et de l’Apolo Jack pourront à nouveau gouter aux plaisirs exquis de ces deux génétiques. Le point sur ces deux variétés de retour le 1er mai.

Jack Widow : la « Tout-en-Un »

Jack Widow Queen Seeds
La Jack Widow 2 avait temporairement pris la place de sa grande sœur le temps de se refaire une beauté. La voilà de retour et en pleine santé.
La Jack Widow est la combinaison parfaite entre un high énergique et un stone relaxant qui lui confère son qualificatif de « Tout-en-un ». Sa structure fait de cette génétique une plante facile à cultiver en intérieur. Plus trapue et petite que la version 2, elle montre clairement sa particularité Indica dans sa structure. Mais, à ne pas s’y tromper : elle est bien plus high que sa petite sœur. Supérieurement Sativa, la Jack Widow est une variété euphorisante et relaxante à la fois.
Cet hybride est le produit du métissage d’une Jack Herer et d’une White Widow. Le patrimoine héréditaire de ses deux parents est une force sans précédent qui lui attribue un fort rendement : de 450 à 600 g/m². La floraison est relativement courte : 56 à 63 jours. En extérieur, entre la mi-septembre et la mi-octobre, la récolte peut atteindre le kilo par pied (500 à 1000 g).
Conseil : pour complètement révéler le goût fruité de cette variété, le cannabiculteur doit penser à :

  • Rincer sa culture 15 jours avant la récolte,
  • nourrir les plants avec de l’eau (au pH ajusté) et des enzymes uniquement.

 

Apolo Jack : en état d’apesanteur

Apolo Jack Queen Seeds

L’Apolo Jack est l’herbe idéale pour changer d’atmosphère, laisser la gravité de côté et se retrouver dans un état proche de l’apesanteur. Cette variété est un peu la « mimi » du catalogue : mi-Indica et mi-Sativa (50/50). Croisement d’une Northern Light Apollo G13 et d’une Jack Widow, cet hybride est une pure création Queen Seeds. Cette variété est facile à cultiver en raison de sa résistance aux moisissures à l’instar de ces deux parents. Sa puissance est impressionnante puisqu’elle atteint les 19 % de THC.
Le premier effet ressenti par le consommateur est une relaxation quasi-immédiate du corps attribué à sa partie Indica. Puis, le côté Sativa prend le dessus : décollage dans l’infini de l’espace, un pied sur la Lune et l’autre sur Terre. Cette variété est agréable seul ou entre amis lors d’une soirée festive.
L’Apolo Jack entre dans la catégorie des génétiques productives : de 500 à 650 g par mètre carré en intérieur et de 450 à 900 g par pied en extérieur. Ce n’est pas tout : cet hybride fleurit rapidement. Le cultivateur doit compter 55 à 60 jours pour récolter.
Enfin, son goût est un mariage réussi de haschisch et de fruits aux notes citronnées.

Laisser un commentaire